Compte-rendu – le Marathon de Bordeaux lance ma saison

Là tu te dis : « Ok, le mec il est chaud, il commence sa saison par un marathon ! » Rassure toi, j’ai parcouru qu’1/4 de ce Marathon …

Il y’a bientôt une semaine, je participais à la 3eme édition du Marathon de Bordeaux 2017 sur le format relais. Une bonne manière de débuter les compétitions pour moi et la garantie de profiter un de l’évènement entouré par les copains. Je ne te parlerai pas de ma prépa, de mon alimentation, de mon état d’esprit particulier,… parce que j’ai pris cette course en mode plaisir, sans aucune pression. D’autant plus qu’à 3 jours de la course, je ne pouvais toujours pas poser mon pied au sol à cause d’un déplacement osseux. Et un relais de 12km5 ne nécessitait pas spécialement de préparation particulière.

Remettre le pied à l’étrier

J’ai pratiqué quand j’étais jeune l’athlétisme, mais ça va faire plus de 10 ans que je n’ai pas participé à une course. J’ai repris la course à pied depuis janvier, à raison de 1 à 2 sorties par semaine. Comme tu le sais, ma discipline prioritaire cette année est le triathlon, et la course à pied représente presque 40% de l’épreuve du triathlon. J’en ai quand même bien c**** au début, en reprenant avec les potes les séances de run sur les quais par -2°. Mais rapidement, j’ai repris du plaisir à courir, puis les sensations étaient de mieux en mieux. J’ai même remarqué une nette amélioration sur la natation et le vélo. Enfin bref, j’ai quand même décidé de participer à des courses 100% running cette saison, qui a débuté avec le Marathon de Bordeaux le 15 avril dernier.

Team Jogger Bomb en force

Marathon de Bordeaux by night

La particularité du Marathon de Bordeaux est son départ à 20h. Donc comment te dire que courir dans les rues fermées de la plus belle ville du monde (oui, oui, je n’exagère pas) et un public chaleureux tout au long du parcours a été un véritable kiff. Petit point sur l’organisation et la sécurité de cette édition qui se sont montrées à la hauteur de l’event. OK certes, des prix de dossards encore un peu élevés. Un kit course un peu light avec un simple tee-shirt blanc et un sac. M’enfin, à côté de ça, je me suis senti en sécurité, sur mon parcours du moins, avec des bus et tracteurs bloquant les accès routiers et des forces de police sur tout le tracé. Encore quelques optimisations pour les prochains, mais on est vraiment pas mal. Par contre, on touche presque à la limite en terme de participants avec 20 000 coureurs. Rien qu’au départ, ceux qui étaient tout à la fin des SAS ont passé la ligne de départ 20 min après les premiers, en ayant parcouru 1km supplémentaire.

20h : On part encourager les premiers relayeurs

Le départ est donné à 20h pour tous les participants (full marathon, semi et relais). Prenant le 4ème relais, je sais que je commencerais à courir vers 22h40/45. J’ai donc eu le temps de me poser chez mon pote qui nous avait laissé son appart en plein centre de Bordeaux, qui nous permettait de nous poser avant / après le relais. On en a profité pour manger une petite assiette de pâtes 20h30 et se détendre au chaud avant d’aller dans le SAS relais à Hôtel de ville.

La folie sur la ligne de départ

22h30 : L’excitation monte dans les SAS relais

Le plus fun dans cette course est le fait que l’on soit 2 teams de l’école. Une saine compétition (n’est-ce pas Lisa ;)) a commencé il y’a 2/3 semaines, en pronostiquant les temps et résultats des équipes. En plus, les équipes étaient biens équilibrées, donc difficile de se prononcer.

Crédit photo : Quentin Guillautel

Enfin bref, le 4eme relayeur de l’autre équipe par à 22h30 pile. Et là je peux te dire que les minutes sont très longues. Mon pote arrive à 22h46, et là, j’ai su que c’était à moi de jouer ! Un départ, comme d’hab, à un rythme qui m’aurait poussé à une mort certaine dans les prochaines secondes, à 3.30 au kilomètre. Après 500m, je regarde la montre pour réduire le rythme. Mais bon, les encouragements du public et le fait de doubler les groupes de marathoniens à fond m’a permis de bien le vivre. Je me cale à 4.30, comme je me l’étais dit, voir jusqu’où je tiens. Après le 5eme kilomètre, petite baisse de régime, je descends à 4.45 que je tiendrai sur tout le reste du parcours. Je ne suis pas trop rentré dans le rouge, mais je voulais vraiment profiter de cette course et surtout me jauger sur ce genre de distance. 12km5, ça va très vite, surtout quand je voyais tous les courageux marathoniens qui puisaient leurs dernières forces pour boucler les 42km en solo. Gros respect à vous, vous n’avez rien lâché. Puis les encouragements et la solidarité entre coureurs faisaient chaud au coeur. Satisfait de voir que le pied tenait, sans ressentir de douleurs malgré l’amorti des grandes foulées que je lui faisais subir…

23h45 : Passage de la ligne d’arrivé avec toute la team

A 1km de l’arrivée, je reviens sur la place Pey-Berlan où les 3 membres de la team me rejoignent pour boucler le marathon ensemble. Et là c’est la folie, du monde partout, des confettis, des bandas, des presque finisheurs en larmes, main dans la main. Franchement, un super moment dont je me souviendrai longtemps. On passe la ligne d’arrivée tous ensemble, fiers de cette course et de la performance réalisée. On récupère nos médailles et une petite couverture de survie. Hop, on oublie pas de prendre les selfies pour illustrer le post Strava et on file à la tente ravito de fin.

Au final, je boucle mes 12km5 en 1h pile, et le parcours global en 3h46. On se classe 185eme team sur 850.

Petite crainte à la fin, une fois que le pied se refroidissait un peu. La douleur sous la voute plantaire qui se réveille, m’empêchant de poser le pied par terre. Heureusement, dès le lendemain, tout est rentré dans l’ordre…

Félicitations à tous les marathoniens et plus spécialement à Lisa, Marie, Laurie, Marine, Quentin, Terence, Bastien qui m’ont accompagné dans ce super défi ! Hâte de vite prendre le départ à de nombreuses courses avec vous.

Une super expérience de courir sur ce parcours du Marathon de Bordeaux. Si tout va bien, je resignerai l’an prochain en solo pour boucler les 21km du semi. D’ici là, beaucoup d’autres courses m’attendent…

Fabien

Passionné de sport et de nouvelles technologies, je partage avec toi sur ce blog mon quotidien de triathlète débutant.
#swimbikerun #eatclean #running 21 ans / Bordeaux